La bataille de Marjayoun : La force du Hezbollah, la faiblesse de l'armée Libanaise, la fragilité de l'armée Israélienne.

Publié le par La Voix de la Résistance

La bataille de Marjayoun, la faiblesse d'une armée libanaise, la collaboration d'un gouvernement illégitime.

Marjayoun se trouve à 8km de la frontière avec Israël. L'un des objectifs d'Israël est d'arriver jusqu'au fleuve Litani. Pour éviter de passer par Khiam, ville chiite où le Hezbollah est très présent, il décide d'atteindre le Litani depuis Marjayoun, ville chrétienne qui ne devrait pas abriter de combattants du Hezbollah. Marjayoun est rapide à atteindre du fait de la vallée qui va de la frontière à la ville. Tsahal compte 21 Merkavas et plus de 100 soldats.

Le 10 août 2006, l'offensive est lancée.

Tsahal s'engage dans la ville vers 16h. Il n'y a aucune riposte et il atteint la place principale sans problème. L'armée israélienne tombe dans une embuscade du Hezbollah et perd 7 Merkavas. Il se replie en dehors de la ville où ils perdent 4 autres Merkavas.

Attaque d'un char Merkava par Hezbollah

Pensant que les combattants ne possèdent que des armes lourdes, Tsahal décide de retourner combattre dans la ville mais cette fois à pied. Après une grosse bataille dans la ville, la centaine de soldats israéliens tentent de se replier mais ils se font encerclés par le Hezbollah venant de Khiam d'un côté et le PSNS (parti social nationaliste syrien) de Marjayoun de l'autre. Les soldats israéliens ne pouvant plus s'enfuir se réfugient dans la caserne de l'armée libanaise du Général Adnan Daoud, commandant une force de 350 soldats libanais en mission humanitaire.

  Quelques heures plus tôt, à 9 heures du matin, le Colonel Ashaya de Tsahal s'était déjà rendu aves ses hommes dans cette caserne et avait inspecté les lieux durant plusieurs heures, suite au feu vert du ministre de l'intérieur par intérim Ahmed Fatfat. Daoud et ses hommes ont été enfermés. Leurs armes ont été prises par Tsahal. La chaine New Tv dit que les soldats ont utilisé des civils comme bouclier humain pour pouvoir quitter la caserne.

Le 16 août 2006, le général Daoud est arrêté pour haute trahison après qu'une chaîne israélienne, suivi de la chaîne du Hezbollah Al-Manar et de la chaîne New TV, repris plus tard par plusieurs chaînes du monde comme CNN, aient diffusé un reportage montrant le général Daoud offrir du thé aux israéliens. C'est Ahmed Fatfat, ministre de l'intérieur, qui décide de l'arrêter.

 

Le Hezbollah et ses alliés considèrent que Daoud n'a fait que suivre les ordres de ses supérieurs, et condamnent ainsi le premier ministre Fouad Siniora et surtout le ministre de l'intérieur Ahmed Fatfat.

 Ils considèrent que la bataille aurait été la plus grande du conflit israélo-arabe si les cents israéliens avaient été tués ou enlevés. D'un autre côté, le Hezbollah et ses alliés accusent aussi Daoud de ne pas avoir réagi en tirant sur les israéliens, car d'après la constitution libanaise, un général a le droit de prendre une décision sans demandé l'accord à ses supérieurs s'il est en danger. En septembre 2006, il est relâché et reprend son poste à Marjayoun. Certains opposants aux gouvernements pensent que Daoud a menacé de dénoncer ses supérieurs

Il ya des traitres à la tête d'un gouvernement corrompût, et d'une armée déja faible. Le Hezbollah est bien la seule entité Libanaise a défendre le pays. 

Commenter cet article

LubnanLibre 23/10/2006 23:44

Ce qui c passé a marjayoun est une honte pour l'armée libanaise qui c fé humilier, le hezbollah alllé fer tombé une centaine de soldat israelienns si ce sale général navé aps collaboré, bien sur lordre est venu d'en haut, INTELLIGENGE ET COLLABORATION AVEC ISRAEL ils doivent etres jugé et arrété !!